mercredi 20 septembre 2017

Edito et Programme octobre-novembre 2017


Edito de rentrée    
Devant les portes de Thèbes, Œdipe répond à l’énigme de la Sphinge. Qui marche le matin à quatre pattes, le midi à deux et le soir à trois ?  : L’humain, répond Œdipe. Mais de quelle Sphinge aujourd’hui est-il question ? De quelles maladies nos semblables sont-ils atteints? Aux portes de nos cités règne une autre bête. Elle est sournoise, bien cachée. Elle soustrait et additionne toute vos vies sans que vous ne vous en aperceviez. Elle ne supporte aucune contradiction, aucune opposition. Le peuple dort, voilà cette autre maladie. La seule réponse reste toujours : l’humain, encore l’humain, toujours l’humain.

Le Théâtre, lui, vous propose que vous gardiez les yeux ouverts, pour vous donner à voir l’infiniment petit, l’infiniment poétique. Pour  vous émouvoir, vous déranger, vous surprendre, vous bousculer, vous questionner sur les grandes interrogations de notre temps, vous présenter comme un miroir, reflet de vous même, de votre humanité ou votre inhumanité. Au théâtre être en colère, triste, révolté, c'est être vivant, c'est être conscient. Etre conscient d'appartenir à une communauté humaine multiple et diverse, la comprendre pour mieux l'accepter. Certains pensent, et ils sont de plus en plus nombreux, qu'il y aurait «le bien et le mal», nous pensons qu'il y a «l'Homme » perdu et errant sur la terre, cherchant sa route, son chemin, comme un comédien perdu sur un plateau de théâtre cherchant à être le plus juste possible. Nous préférons le lever du soleil du mois de mai, à la chaleur étouffante et éblouissante du mois d'Août. Si les scènes des théâtres sont noires c'est parce qu’elles attendent la lumière, celle du savoir, de la connaissance. Dans les yeux d'un enfant il y a cette lumière, une soif d'apprendre et de découvrir, une étincelle incandescente contre le sombre obscurantisme de notre temps. Pousser les portes de la Fabrick c'est aimer la lumière. 

  
Kévin Perez / Philippe Flahaut
Cie création éphémère 




OCTOBRE 2017 

Soirée lancement de saison & Spectacle
VENDREDI 13 OCTOBRE à partir de 18h30 
Ouverture et présentation de la saison : à 18h30

A l’issue de la représentation nous vous proposons de partager un repas (Pensez à apporter une viande à griller ou votre meilleure spécialité sucrée ou salée).





Spectacle à 19h30
Chant & Poésie
 

"S'il ne tenait qu'à un fil..."
Poésie sonore au féminin de et par Cécile Sternisa.


Je chante, je me chante, je chante mon corps et mes mots, mon souffle et mes embuscades.
Vous venez m’écouter avec les yeux, les pieds, les oreilles, peut-être ?
L’instrument que je suis chantera pour vous.
De questions en poèmes en chansons en improvisations, nous créerons le silence, l’espace tendu sur le temps. Une histoire de connivence.

Parce que le travail d’une voix dure toute une vie
Parce que le mien tourne autour de la fluidité, d’une certaine notion de liberté
Parce que je le partage dans de nombreux cours ou stages
Je voudrais vous emmener visiter, vous mener par la paume, vous perdre, un peu, peut-être, rien ne sera sûr, ne vous rassurerai donc pas.
Mais Chut ! La voix est libre, allons-y !
Tout public. Durée environ 1h. Au chapeau. 

  
http://ceciles.wixsite.com/cecile-sternisa






SAMEDI 28 OCTOBRE  
à partir de 19h00
Soirée "Retours" de la Roya (témoignages/musique/photos)
 A la Fabrick
 (Tout public.)

Le 30 septembre 2017, la Cie "Le plus petit espace possible" et la la Cie "Les boudeuses", deux compagnies aveyronnaises de spectacles vivants partirons une semaine direction la vallée de la Roya, proche de la frontière franco-Italienne de Ventimille.
L'objectif est simple: rejoindre l"association citoyenne avec un camion plein de nourriture (la collecte), et pendant toute la semaine jouer le spectacle spécialement créé pour l'occasion.

www.roya-citoyenne.fr 





VENDREDI 20 OCTOBRE à 20h45
Soirée théâtre à la Fabrick
"Echo(s)" par l'Assa Saint-Affrique


Durée environ 1h15 heures, spectacle visible (en famille) à partir de 8 ans. Au chapeau.

"ECHO"(s),
(d'après "Cet Enfant" de Joël Pommerat)
Mise en scène:  Vincent Dubus / Cie "Création Ephémère"


"Echo"(s), des femmes et des hommes,  des mères, des pères, des filles et des fils;  Ils vident leurs sacs,   Qu’est-ce qu’être parent ? En quelques courtes scènes, "Echo"(s) nous parle de la difficulté d’assumer cette responsabilité et la complexité du lien familial. Le bonheur parental est la norme. Néanmoins rien n’est moins évident que de s’épanouir avec ses proches. « On ne choisit pas sa famille ! ». A l’origine de l'écriture de Joël Pommerat pour "Cet enfant', il y a eu des rencontres avec des femmes de Normandie vivant en cité dans le Nord de la France. En écho, en hommage , ces échanges ont inspiré à l'auteur une série de textes sur les rapports entre parents et enfants. De près ou de loin, nous sommes tous concernés, peut-être pas en tant que parent, mais tout du moins comme fils ou fille. Les situations sont dures, jouées sans jugement ni sentimentalisme. Ici pas de morale, malgré la violence du propos. En quelques minutes, chaque personnages,  s'incarne dans l'espace,  une aire de jeu  non définie, au plus près du public,  garantissant  un jeu de miroir, un écho à notre propre existence, laissant  le champ libre pour que la catharsis puisse opérer sur le spectateur. (VD).  


 




NOVEMBRE 2017

Résidence de création  à la Fabrick
(deuxième partie), du 4 au 7 Novembre.
Conte et musique
Concert/Spectacle : 

Sortie de résidence le jeudi 7 Novembre à 20h30

Artifis présente :
EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT ?
Avec :
Antoine Mornet : Musique
Léo Malouvet : Musique, textes et Chant


Ils sont deux musiciens à la recherche de la liberté et Léo Ferré pour les guider. Quatre mains et deux voix, pour vous parler de l'humain face à ses choix, à ses désirs, ses frustrations. Un mec normal, juste ce qu'il faut, qui va traverser sa vie en la subissant, en la choisissant, en s'oubliant, en la rêvant peut être... Venez prendre part à ce voyage dans la complexité, la révolte et le sens du genre humain illustré par des chansons de Léo Ferré. 


Tout public, durée env. 1h. Au chapeau.




24 NOVEMBRE 2017 à 20h30


Rencontre / Café histoire de la revue La Main Chaude
Avec Géraldine Ther
Jeux de rôles et de pouvoirs 
Femmes et société  à la veille de la Révolution française


Les factums (faits en latin) sont des mémoires judiciaires rédigés par des avocats pour défendre leurs client-e-s et sont diffusés en marge des procès parfois jusqu’à plusieurs milliers d’exemplaires. Ils visent à influencer l’opinion et les juges avant que ceux-ci rendent leur jugement.
Leur édition se développe aux XVIIe et XVIIIe siècles.
La présence des femmes dans ces documents permet de s’intéresser aux places qu’elles occupaient dans la famille et la société à la veille de la Révolution française. Alors que les discours des philosophes (Voltaire et surtout Rousseau, entre autres) et des médecins évoquent alors de plus en plus une prétendue nature féminine qui justifierait une inégalité vis-à-vis des hommes, les factums présentent une image beaucoup plus fine et proche de la réalité des rôles que les femmes peuvent jouer.
A partir de ces sources judiciaires Géraldine Ther nous propose une immersion dans la vie quotidienne des femmes de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ainsi qu’une réflexion sur la part de pouvoir qu’elles parvenaient à obtenir.
Les femmes apparaissent davantage comme des individus aptes à se présenter devant la justice pour défendre leurs droits et à contester les normes sociales existantes, plutôt que comme de faibles victimes.